Les Hipsters en sont fous. Ils la portent avec autant de désinvolture que de classe.
Ils ne sortent jamais sans elle, qu’ils soient en jeans, en chino, en pantalon de velours …

En exclusivité à Vichy,  depuis plusieurs années, la fameuse slack jacket Ace,
veste non doublée, 2 fentes dos et 3 poches, conjuguée chaque saison dans de nouvelles matières et de nouvelles couleurs.

Découvrez, au travers de cette interview de François Ferdinand (photo du milieu) , fondateur de la marque J.Keydge, l’histoire de la « Slack Jacket », sur le blog de mode masculine : For the discerning few.

J.Keydges Au centre, François Ferdinand, fondateur de la Marque
A gauche et à droite les fameuses slack jackets
source et crédit (« for the discerning few » et « the sartorialist »)

Les origines de la Slack Jacket :
L’histoire de la Slack Jacket (traduit littéralement veste molle) croise celle du Jeans, de par ses liens avec ce bon vieux Far-West américain, fort de mythes et de symboles. Associez à cette image celle d’une bande d’amis, universitaires, au look à la fois inspiré et inspirant et vous obtenez cette veste décalée qui a su marier la rigueur et la nonchalance en un seul et même vêtement.

Et lorsque l’on y regarde de plus près, la veste Slack Jacket nous fait voyager : l’Inde (les troupes britanniques portaient des pantalons qui ont inspiré la création de cette veste), puis les Philippines (au tour des soldats américains d’adopter ce qu’ils avaient baptisé alors “chinos”)  et enfin, les Universités américaines où cette mode faisait le bonheur d’étudiants affichant par leur tenue leurs aspirations, leurs valeurs.

Adapté à la veste, le chino d’alors est devenu la veste J.Keydge préférée des modes urbaines et trendy.

Porter une veste Slack Jacket :
On ne fait pas l’achat d’ une veste Slack Jacket, on l’adopte. On l’enfile délicatement, même si elle n’a rien de fragile et la magie opère, on tombe amoureux : de son côté déstructuré qui la rend si confortable, de sa simplicité à la fois raffinée et libérée, nos mouvements s’enchaînent sans contrainte, pas de doublure qui gêne, pas d’épaulette qui fausse l’allure …

Porter une Slack Jacket en hiver, c’est comme se lover dans un écrin de tweed pure laine au toucher de cachemire, disponibles dans tes teintes chaudes comme le marron, ou plus acidulées comme le vert pomme par exemple, elle est le refuge idéal contre les premiers frissons de la saison froide.

L’été, c’est en lin qu’elle se décline, taillée dans des matériaux qui évoquent liberté de mouvement, émancipation, douceur estivale : fins lins, cotons souple, gros lins rustiques …

Ne cherchez pas le dernier modèle, il s’agit du premier modèle … unique veste intemporelle qui se moque des courants et des tendances,  dictant à elle seule son style hors-du-temps.

retourner à l'accueil

Laisser un commentaire



En 1978, 2 femmes passionnées, une mère et sa fille, Geneviève et Evelyne, implantent à Vichy, au cœur de l'Auvergne, un magasin pas « comme les autres » sous l’enseigne « Les Enfants d’Edouard ». L'endroit, classé est hors du temps : situé dans un parc, à 2 pas de l’Opéra, en face d’un kiosque à musique, sous une Galerie couverte, qui, depuis les années 1900, abrite les curistes. Ceux qui, de source en source, vont boire les fameuses eaux de Vichy.

Le magasin est une succession de petits salons boisés. Il ressemble plus à un appartement qu’à une boutique. Des divans permettent d’attendre confortablement. Le lieu est tellement « magique » que le réalisateur Christian Duguay l’a adopté en 2008 pour tourner « Coco Chanel ». Des artistes choisissent d’y exposer ponctuellement leur travail. Les vitrines sont un prétexte à créer du rêve, de l’émotion. On vient de loin pour les voir… Elles deviennent le but d’une escapade dominicale car le magasin est ouvert tous les jours, dimanches et jours fériés … Pas de grandes marques : juste une sélection de petites marques peu connues ou méconnues, « dégotées » un peu partout dans le monde. Etrangement réunies, elles permettent de revisiter la mode et de nourrir un style. Les prix démarrent à 1 euro… et peuvent atteindre plusieurs milliers d’euros. Une sélection de produits « coups de cœur » surprenante. Une « caverne d’Ali Baba » où les styles et les genres se mélangent : le « classique audacieux », le « romantique décalé », le « shabby chic », le « Funky déjanté », le « désinvolte élégant », le « faussement sage » et « la bombe sexuelle » (dixit une cliente avertie !) Un endroit où l’on a envie de traîner, de prendre son temps. Le temps de vivre lentement, de déguster un café ou une coupe de champagne. Acheter devient une fête, un plaisir partagé. Pour celles qui souhaitent des conseils, Evelyne fait partager son écoute et son expérience (16 ans chez Hermès : connaissez-vous son sac « Evelyne » ?) L’intimité du petit salon de mariage permet d’essayer et de choisir tranquillement.

Depuis 40 ans, vous nous êtes fidèles. Sans forcément acheter, vous aimez nous rendre visite en prenant le temps de flâner, de rêver dans cette ambiance « hors du temps » … Vous nous dites souvent que vous vous sentez bien dans ce lieu… Quelquefois, des rencontres avec d’autres clients donnent lieu à des échanges passionnants sur des sujets variés… De là est née l’idée d’une table d’hôtes, dans un coin du magasin, pour favoriser ces moments magiques. Autour de cette table, venez participer à un débat, une animation, un atelier.